Logo FranceGenWeb
 
Le livre de Gildas Bernard en ligne sur ArchivesGenWeb samedi 18 novembre 2017
 
 

SOURCES COMPLEMENTAIRES DE L'ETAT CIVIL





TESTAMENTS





Indépendamment des testaments dont les minutes dans les fonds notariaux 1 il arrivait, avant la Révolution, que des personnes fassent enregistrer leurs dernières volontés dans une cour. Citons Laurent Boyer, Introduction à l'étude du testament forézien suivi des testaments enregistrés à la cour du Forez (1310-1313), Mâcon, 1964, CX, 474 p. Les testaments sont recopiés intégralement dans l'ouvrage.
 
D'autres faisaient enregistrer leur testament au Parlement de Paris. Voir Alexandre Tuetey, Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Paris, 1880, Collection de documents inédits, Mélanges historiques, III.
 
Dans le Nord de la France, où les échevins jouaient le rôle des notaires dans le Midi, les particuliers les faisaient enregistrer devant eux.
 
Il arrivait même que des testaments soient inscrits à l'officialité comme ce fut le cas dans le diocèse de Besançon, où le pouvoir ecclésiastique l'avait emporté sur le pouvoir civil. Voir Ulysse Robert, Testaments de l'officialité de Besançon (1265-1500) publiés par... dans la Collection de documents inédits sur l'Histoire de France, Paris, 1902-1907, 2 vol. avec table. [Ne publie malheureusement que 228 testaments sur les 8000 qui existaient à l'origine, d'après les documents conservés aux Archives départementales du Jura et à la Bibliothèque nationale.]
 
A Grenoble, les testaments (comme au reste les oppositions de scellés, inventaires après décès et ventes d'immeubles) étaient passés devant la "cour commune", ainsi appelée parce que les actes étaient établis une année au nom de l'évêque et l'année suivante à celui du dauphin : voir Archives départementales de l'Isère, 13 B 439 (année 1555) à 647 (année 1790). A noter que la densité des inventaires après décès est très forte après 1660.
 
Aux Archives départementales du Rhône sont conservés, dans les fonds de l'officialité, 40 registres de testaments allant de 1301 à 1545 (4 G 39 à 77 bis). Ces 4316 testaments concernent les régions suivantes : Lyonnais, Beaujolais, Bresse, Bugey, Comté des Dombes, Forez-Jarez-Roannais, soit 525 paroisses, dont la liste est publiée page 29 de l'ouvrage de M. Gonon, La vie quotidienne en Lyonnais d'après les testaments, XIVe-XVIe siècles, Paris, 1968, 566 p. Consulter les tables manuscrites conservées aux Archives départementales du Rhône.



 

 
 
 
 

1. Voir chapitres : "Fonds notariaux", "Fonds de l'enregistrement et des hypothèques" et pour Paris, chapitre "Les archives de Paris et de l'ancien département de la Seine".
 
Le Guide des recherches sur l'histoire des familles est en ligne sur ce site grâce
aux aimables autorisations de Gildas Bernard et du Ministère de la Culture, accordées à Jean-Luc Monnet.
Page valide XHTML 1.X et CSS.
 
© et pour FranceGenWeb - Mise à jour : 28 janvier 2007