Logo FranceGenWeb
 
Le livre de Gildas Bernard en ligne sur ArchivesGenWeb lundi 25 septembre 2017
 
 

ARCHIVES CULTUELLES





CULTE CATHOLIQUE




 
 
Bibliographie sommaire
 
 
Il est impossible de donner une bibliographie exhaustive. Citons seulement :
 

-Revue de l'Histoire de l'Eglise de France, organe de la Société d'Histoire ecclésiastique de la France, dont le siège est 28 rue d'Assas, 75006 Paris.

 

-CHARON-BORDAS (Jannine), L'Histoire religieuse contemporaine aux Archives nationales, dans Revue de l'Histoire de l'Eglise de France, n° 61, 1975, p. 61-66.

 

-MOLETTE (abbé Charles), Guide des sources de l'histoire des congrégations féminines françaises de vie active, Paris, 1974, 477 p. Concerne les archives conservées dans les congrégations.

 

-CHAPEAU (André) OSB, et COMBALUZIER (Fernand) OM, Episcopologe français des temps modernes, 1592-1973, Paris, 1977, col. 162 à 542. Donne la liste des évêques par ordre alphabétique (avec date et lieu de naissance, siège occupé au jour de leur sacre, sièges successifs, date et lieu du décès, etc.) avec plusieurs index, dont un par diocèse. Tiré à part extrait du Dictionnaire d'Histoire et de géographie ecclésiastique, article France.

 

-LEMAITRE (Jean-Loup), Répertoire des documents nécrologiques français, dans Recueil des Historiens de la France, Paris, 2 vol., 1980, paginés de 1 à 718 et de 719 à 1517. Publié sous la direction de M. Pierre Marot. Concerne le clergé.

 
 

CULTE CATHOLIQUE AVANT LA REVOLUTION

 
 
Recherches sur les catholiques en général.
 
 
Actes de catholicité.
 
 
Le généalogiste dispose des actes de catholicité désormais conservés aux Archives départementales et dans les mairies. Voir chapitre "Registres paroissiaux et état civil".
 
 
Etats des âmes 1.
 
 
Un certain nombre de curés ont tenu aux XVIIe et XVIIIe siècles des registres appelés parfois état des âmes, parfois catalogue des pénitents, etc. Ils donnent la liste des paroissiens et indiquent généralement en plus s'ils ont fait la communion pascale ou s'ils se sont confessés.
 
Des évêques jansénistes ont certainement été plus loin. M. Taveneaux 2 rapporte que deux prêtres, les frères Moreau, dans un voyage qu'ils accomplirent de Pamiers à Alet, se virent montrer par un curé un papier qu'il appela "état des âmes", que tenait chaque recteur et où il mettait "toutes les bonnes et mauvaises qualités de chaque personne grande ou petite de leur détroit" (c'est à dire de leur paroisse) "qu'ils savaient par voie extérieure, ce qui leur était facile, faisant exactement tous les ans la visite de toutes les maisons et interrogeant tous les particuliers et voisins, ce qui leur donnait une connaissance plus certaine des consciences que les confessions elles-mêmes". Nous n'avons pas rencontré d'états de ce type.
 
Sans prétendre que la liste en soit exhaustive, nous citons ici quelques départements où existent des registres d'état des âmes, mais ces registres, précisons-le, sont du premier type et non du second.
 
 

-Aude : Le guide des Archives de l'Aude 3 signale l'existence de Libri status animarum, recensements des paroissiens comportant la mention de ceux qui ont fait leur communion pascale (marqués d'un C).

 

-Corse : Pour la période 1670-1673 on trouve des états des âmes des communautés des arrondissements actuels de Bastia et de Corte et pour partie de l'arrondissement de Calvi ; sur ces stati delle anime, qui étaient en réalité des états nominatifs de la population par foyers.

 

-Lot et Garonne : Les Archives communales d'Agen possèdent pour l'année 1654 un état des âmes de la paroisse de Saint-Hilaire, sous la cote GG 90.

 

-Nord : Les Archives communales de Hondschoote possèdent, sous la cote GG 35 (liasse de 17 pièces) des états des âmes ou catalogues des personnes confessées pendant le temps pascal (1600-1616). Chaque liste relève entre 2000 et 3000 noms.

 

-Pas de Calais : Il existe des livres d'âmes pour la commune de Languenesse ou diocèse de Saint-Omer (1778-1790), registres conservés aux archives de la paroisse (Arch. Dép. du Pas de Calais, microfilm 1 Mi 217) ; -- à Hallines (diocèse de Saint-Omer) les communions pascales sont indiquées pour la période 1761-1777 (Arch. Dep. du Pas de Calais, microfilm 1 Mi 202) ; à Rebecques (diocèse de Boulogne) les registres paroissiaux conservés aux Archives communales renferment les confessions pascales de 1645 à 1738 (Arch Dep. du Pas de Calais, microfilm 1 Mi 199) ; -- à Saint Flocquin (diocèse de Saint Omer) dans les registres paroissiaux conservés aux Archives communales, les confessions ou communions pascales sont indiquées pour les années 1614 à 1634, 1637 à 1644, 1655 à 1657, 1661 à 1672, 1676 à 1679, 1680 et 1686 (Arch. Dep. du Pas de Calais, microfilm 1 Mi 280) ; -- à Saint Venant (diocèse de Saint-Omer) il existe aux Archives communales un cathalogus penitentium ou cathalogus confitentium in quadragesima pour 1609-1611 et 1613-1632 (Arch. Dép. du Pas de Calais, microfilm 1 Mi 204) ; -- pour Labeuvrière (diocèse de Boulogne) il existe également un registre pour 1600 conservé aux Archives communales de Lapugnoy (Arch. Dép. du Pas de Calais, microfilm 1 Mi 191).

 

-Savoie et Haute Savoie : Voir chapitre "Les sources particulières aux provinces tardivement réunies à la France".

 

-Tarn : Pour la commune de Margnès (paroisse Saint Madeleine de la Grange) il existe un état des âmes (vers 1694), état nominatif déposé aux Archives départementales sous la cote E 2620.

 
 
Recherches sur les membres du clergé et des communautés religieuses.
 
 
Documents conservés au Vatican 4.
 
 
Des renseignements sur l'attribution des bénéfices ecclésiastiques peuvent certes être trouvés aux Archives nationales et dans les Archives départementales mais il ne faut pas oublier ce que le chercheur pourra rencontrer sur eux aux Archives vaticanes. Avant l'installation des papes en Avignon les bénéfices ecclésiastiques étaient conférés par les évêques, abbés, chapitres cathédraux et conventuels et par certains dignitaires ecclésiastiques. Les fondateurs d'œuvres pies, titulaires d'un droit de patronat, présentaient leur candidat à l'autorité compétente. Cependant très tôt la papauté s'était attribué la collation de certains bénéfices par réserve générale ou spéciale. C'est surtout à partir de leur installation en Avignon, en 1305, que les papes sont de plus en plus intervenus dans la collation des bénéfices.
 
Celle-ci se faisant en deux temps : en premier lieu, supplique adressée par celui qui demande à jouir d'un bénéfice ; en deuxième lieu, délivrance de lettres de provisions apostoliques. Le chercheur pourra donc consulter :
 

-1° Les registres de suppliques ;

 

-2° Les registres de lettres communes, séries des registres complémentaires n'apportant pas toujours les mêmes éléments.

 
 
Les renseignements qu'on y trouve sont en général les suivants : nom, prénoms, parfois filiation ou indication d'un lien de parenté, origine (lieu), état (clerc, prêtre, laïc) associé généralement au lieu d'exercice (dans beaucoup de cas ce dernier renseignement équivaut à une origine, mais pas systématiquement), fonctions exercées (celles-ci ne sont pas toutes énumérées quand le personnage en a plusieurs : cette précision est plutôt donnée pour permettre de l'identifier), liens familiaux ou de dépendance à l'égard d'un protecteur (le bénéficiaire est parent d'un personnage important, familier d'un cardinal, etc. ; cette rubrique figure de façon beaucoup plus complète dans la supplique que dans la lettre), titres universitaires, autres renseignements, très divers pouvant aller de l'indication de son âge, des langues qu'il parle (mention rare), jusqu'au récit de sa vie et des tribulations qu'il a subies. On y trouvera également des renseignements relatifs aux bénéfices sollicités ou obtenus : nature de la demande (collation, grâce expectative, dispense, concession), bénéfice ou grâce (dignité, canonicat, église paroissiale ou sans cure, chapellenie, etc.), grâce telle que dispense (de légitimité, d'âge, de consanguinité), absolution, concessions diverses, intervention dans un litige. Le bénéfice est localisé par le lieu où il est situé et par le personnage (évêque ou abbé), à la collation duquel il se trouve s'il s'agit d'une grâce expectative. Le montant du revenu du bénéfice peut être indiqué.
 
 
Les personnages concernés appartiennent pour la plupart au monde clérical ; il y a cependant un certain nombre de grâces qui peuvent intéresser les laïcs : relations avec des princes ou de grands personnages mandements aux fonctionnaires laïques pontificaux (dans les Etats de l'Eglise), grâces diverses, en particulier les dispenses matrimoniales (dans lesquelles les degrés respectifs de consanguinité ou d'affinité sont précisés).
 
Une partie de ces attributions de bénéfices est publiée. On pourra consulter les ouvrages suivants tous parus dans la Bibliothèque des écoles françaises d'Athènes et de Rome, 3e série, sauf l'ouvrage de Dom Berlière :
 
 

-Vogel (C.) et Lanhers (Yonne), Tables des registres de Clément V publiées par les bénédictins établies par... sous la direction de Robert Fawtier et Mgr. G. Mollat, Paris, 1948-1957, 2 vol 5.

 

-Mollat (G.), Jean XXII (1316-1334), Lettres communes analysées d'après les registres dits d'Avignon et du Vatican, 1904-1947, 16 vol.

 

-Vidal (J.M.), Benoît XII (1334-1342), Lettres communes publiées ou analysées, Paris, 1903-1911, 3 tomes.

 

-Berliere (Dom Ursmer), OSB. Suppliques de Clément VI (1342-1352). Textes et analyses, Analecta vaticana belgica, t. I, Rome, Institut historique belge, Bruges, 1906, XXXVIII-952 p.

 

-Hayez (Michel et Anne Marie), Urbain V (1362-1370). Lettres communes analysées d'après les registres dits d'Avignon et du Vatican par... avec la collaboration de Janine Mathieu, 6 vol. parus, avec un commencement de traitement informatique. S'adresser à M. et Mme HAYEZ, Archives du Vaucluse, Palais des Papes, Avignon.

 
Les documents les plus intéressants pour le biographe sont les suppliques et lettres communes que nous venons d'énumérer (et celles non encore publiées), mais on pourra aussi trouver des renseignements biographiques dans les registres de lettres secrètes, closes, patentes et curiales 6.
 
 
Documents conservés aux Archives nationales.
 
 
En ce qui concerne les Archives nationales, il n'est guère possible de donner une description détaillée des documents que le chercheur peut y trouver pour établir la biographie de membres du clergé et des communautés religieuses, tant les séries à consulter sont nombreuses. En dehors de l'inventaire-index de O1 (Maison du roi) et du fichier V5(Grande Conseil), dont nous allons reparler, signalons : la série L (Monuments ecclésiastiques, L cartons, et LL registres), consacrée aux Archives de l'évêché puis archevêché de Paris, aux paroisses et collégiales du diocèse de Paris ainsi qu'aux ordres monastiques ; la sous-série H5 (comptabilité des établissements religieux), la série M (M cartons et MM registres) et la sous-série H3, où le chercheur trouvera des renseignements sur l'enseignement (universités, collèges, séminaires) ; la série S (Biens des établissements religieux supprimés) ; les sous-séries Z1O (Officialités de Paris), G8 (Agence générale du clergé) et G9 (Commission des réguliers et des secours).
 
 

-Documents concernant toute la France.

 
 
Aux Archives nationales, citons tout d'abord les inventaires-index concertant toute la France :
 

-Celui de O{2}1'2} (Maison du roi) : voir chapitre "Officiers et fonctionnaires" ; on y trouvera les expéditions de bénéfices, les brevets d'évêchés et aussi des documents concernant la police politique et religieuse ;

 

-Celui de V{2}5'2} (Grand Conseil) : beaucoup de questions litigieuses étaient en effet portées devant le Grand Conseil où les matières religieuses étaient jugées autant qu'au Parlement ; pour V5, le chercheur dispose d'un fichier alphabétique par noms de personnes (fichier n° 410).

 
La sous-série G8 (Agence générale du clergé de France) permet de retrouver beaucoup d'ecclésiastiques, de la fin du XVIe siècle à la Révolution. Particulièrement intéressants, parce que groupés et nominatifs, sont les documents touchant :
 
 
Aux offices du Clergé de France :
 

-G8 32 à 35 : provisions d'offices de receveurs et de contrôleurs des décimes.

 

-G8* 929 à 933 : gages de ces offices.

 

-G8 87 à 94 : procurations des députés aux assemblées générales du Clergé.

 
 
Aux pensions constituées sur les revenus du Clergé et attribuées en général à des ecclésiastiques ou des ministres protestants convertis :
 

-G8 208 à 618 : dossiers de pensions contenant, outre les constitutions et les quittances, des contrats de mariage, testaments, inventaires après décès, etc.

 

-G8 805 à 924 et 2437 à 2450 : états des paiements de ces pensions.

 
 
Pour les séquestres de l'époque révolutionnaire, voir chapitre "Archives des tribunaux et de la Police".
 
 

-Documents concernant une région ou une période limitée ou un seul ordre religieux.

 
 
Citons dans LL 15 à 21 les ordinations du diocèse de Paris (1401-1465), Z10 237 à 241 la suite de ces ordinations pour 1500-1632, dans L 501 à 504, 506 et LL 86 des ordinations pendant les vacances épiscopales (1622-1746), dans Z10 200 à 211 les rectifications d'actes d'ordination pour l'officialité diocésaine de Paris (XVIIIe s.) dans MM 264 et 265 les rôles des gradués de la faculté de droit canon (1492-1545), les comptes de la faculté de théologie (M 69A, MM 248 à 259 et H3 2598 à 2623) du XVIe au XVIIIe siècle, les registres de réception et des pensionnaires des séminaires (XVIIe-XVIIIe s.) dans MM 471 à 498 et des comptes concernant ces mêmes séminaires dans H5 3260, 3261, 3275, 3279, 3282 à 3284, 3297 à 3299 et 3308 (XVIIIe s.).
 
Bénéfices : voir notamment LL 980 (collation des bénéfices du diocèse de Lyon, 1520, 1521), LL 987 (insinuations ecclésiastiques du diocèse de Troyes, 1605-1615), L 409 à 431, LL 22 à 24 (évêché puis archevêché de Paris : prébendes, provisions et collations de bénéfices, visites archidiaconales, etc.), L 463 à 553 et LL 76 à 386 (chapitre de Notre Dame de Paris : prébendes, bénéfices, chapelles et chapelains, archidiaconés, délibérations capitulaires, etc.).
 
Voir aussi L 554 à 726, LL 387 à 972 (collégiales et paroisses du diocèse de Paris : délibérations capitulaires, délibérations et comptes de fabriques et des confréries), H5 (paroisses de Paris et du diocèse de Paris : comptes des fabriques et des confréries).
 
Catalogue des religieux de la congrégation de Saint-Maur vivant dans toute la France à la date du 7 juillet 1771 et catalogue des religieux par provinces de 1778 à 1783 (L 816).
 
V1 542 : lettres patentes concernant des ecclésiastiques (dont anoblissements). X1A 9328 (1589-1594) : nominations d'abbés par les membres du Parlement.
 
 
Documents conservés dans les Archives départementales.
 
 
Aux Archives départementales l'historien trouvera les documents concernant le clergé dans les séries G (clergé séculier) et H (clergé régulier), voire éventuellement dans les séries F et J (documents entrés par voies extraordinaires). Nous renvoyons aux guides et aux inventaires de chaque dépôt.
 
 
Documents conservés dans les Archives hospitalières.
 
 
Les Archives hospitalières peuvent également fournir des renseignements biographiques sur les membres des communautés religieuses qui ont tenu ou tiennent les hôpitaux. Il est à noter que beaucoup de communautés religieuses qui tiennent encore des hôpitaux ont conservé des archives antérieures à la Révolution concernant leur congrégation, notamment des registres de profession.
 
 
Documents conservés au Service historique de l'Armée de Terre.
 
 
Se rappeler que certaines provinces ont été administrées par le Secrétariat d'Etat à la Guerre et que diverses collations de bénéfices pourront se trouver dans le fichier de la correspondance générale, à Vincennes, pour la période allant de 1630 à 1685. La période 1685 à 1792 n'était pas dépouillée en 1981.
 
 
Documents conservés aux Archives des Affaires étrangères.
 
 
Certaines provinces ayant été administrées par le ministère des Affaires étrangères, se rappeler que l'on pourra trouver des collations de bénéfices dans les archives de celui-ci.
 
 
 
 

CULTE CATHOLIQUE A PARTIR DE 1789

 
 
 
 
Recherches sur les catholiques en général.
 
 
La tenue des registres d'état civil ayant été laïcisé en 1792, le clergé a dès lors tenu ses propres registres de baptêmes, mariages et sépultures, parallèlement à ceux de naissances, mariages et décès, désormais tenus par les maires. Le chercheur désireux de consulter les actes de catholicité postérieurs à 1792 devra s'adresser soit aux paroisses, soit à l'évêché (archives diocésaines), ces registres étant, normalement, tenus en double exemplaire.
 
Notons que pour Paris la collection des actes de catholicité postérieurs à 1792 et conservée à l'archevêché a beaucoup contribué à la reconstitution de l'état civil de Paris brûlé en 1871 lors de la Commune.
 
 
Recherches sur les membres du clergé et des communautés religieuses.
 
 
Il est à noter que, pendant la période concordataire, c'est à dire de 1802 à 1905, le clergé est fonctionnarisé. On trouvera donc sur lui, dans les archives publiques, des renseignements que l'on aura plus après 1905, sauf en Moselle, Bas Rhin et Haut Rhin, départements toujours régis par le Concordat de 1802.
 
 
Documents conservés aux Archives nationales.
 
 
Aux Archives nationales les principales sources biographiques sur le clergé, depuis 1789, sont à chercher dans D XIX (Comité ecclésiastique créé en 1789 et chargé à partir de 1790 de s'occuper de la suppression des ordres religieux, de l'application de la constitution civile du clergé et de la confiscation des biens de celui-ci (dans F19 (administration des cultes pendant la période concordataire) et AF IV (secrétairerie d'Etat impérial).
 
 

-Charon-Bordas (Jeannine), Archives nationales. La légation en France du Cardinal Caprara, 1801-1808. Répertoire des demandes de réconciliation avec l'église, Paris, 1978, 316 p.

 

-Prestations de serment (1791) : D XIX 21 et 22 : états nominatifs par départements des ecclésiastiques qui ont prêté ou refusé le serment.

 

-Déportation des prêtres : fichier AF III (inv. 752), 1 boîte à 4 rangées, établi à l'époque par les bureaux.

 

-Religieux et religieuses ; tableau fourni par les directoires de départements (D XIX 17).

 

-Nominations (1806-1814) : F19* 3 à 6.

 

-Dossiers personnels des vicaires généraux, curés, chanoines, et candidatures à l'épiscopat dans F19. Fichier de 9 tiroirs doubles. Classement par diocèses pour les curés (1830-1905). Pour les évêques chanoines et vicaires généraux, classement alphabétique (fichier 682).

 

-Lettres de prêtrise : F19 872 à 893, avec un fichier alphabétique.

 

-Fichier police des cultes, 8 boîtes doubles, portant sur F19 5659 à 6067.

 

-Fichier du personnel catholique : F 6544 à 6697 (classement par diocèse).

 

-Aumôniers militaires : F19 985 à 1002 (1815-1830).

 
 
Documents conservés dans les Archives départementales.
 
 
Pour la période révolutionnaire, les renseignements sur le clergé sont à chercher dans la série L (consacrée à la période allant de 1789 à 1800) et dans la série Q (biens nationaux et émigrés.).
 
Pour la période concordataire (1802-1905), les renseignements sont à chercher dans la série V (cultes de la période concordataire), tout en sachant que le chercheur pourra trouver aux Archives nationales des renseignements sur le clergé de province.


 

 
 
 
 

1. Voir l'ouvrage de M.Le Mée, Les sources de la démographie historique française dans les Archives publiques (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1967, 370 pages. Publication du Comité des travaux historiques et scientifiques dans Notices, inventaires et documents, t. XXIV. Etabli à partir des instruments de recherche existants, cet ouvrage ne peut être que très incomplet. A titre indicatif, voir Les statistiques démograhiques de la Basse Alsace et du Bas Rhin (1360-1968), par François-Jacques Himly, catalogue qui signale environ 750 recensements, en grande partie nominatifs.
2. René Taveneaux, La vie quotidienne des jansénistes aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1973, 287 p., pages 135-136. Taveneaux cite lui-même Paul Broutin, La réforme pastorale en France au XVIIe siècle, t. I, p. 208.
3. R. Debant, Guide des Archives de l'Aude, t. I, Carcassonne, 1976, p. 165, n. 22.
4. Nous remercions Michel et Anne-Marie Hayez, qui nous ont apporté des précisions pour la rédaction de cette partie. Nous devons également beaucoup à l'ouvrage de Mgr G. Mollat, La collation des bénéfices ecclésiastiques sous les papes d'Avignon (1305-1378), Université de Strasbourg, Bibliothèque de l'institut de droit canonique, vol. I, Paris, 1921, 553 p.
5. Clément V a été pape de 1305 à 1314
6. Ces registres ont été publiés par : L. Auvray, S. Clémencet et L. Carolus-Barré pour Grégoire IX (1227-1241) ; E. Berger pour Innocent IV (1243-1254), C. Bourel de la Roncière, J. de Loye, P. Hellouin de Céneval et A. Coulon pour Alexandre IV (1254-1261) ; J. Guiraud et S. Clémencet pour Urbain IV (1261-1264) ; E. Jordan pour Clément IV (1265-1268) ; J. Guiraud et L. Cadier pour Grégoire X et Jean XXI (1272-1277) ; J. Gay et S. Clémencet pour Nicolas III (1277-1280) ; F. Olivier-Martin pour Martin IV (1281-1283) ; M. Prou pour Honorius IV (1285-1287) ; E. Langlois pour Nicolas IV (1288-1292) ; A. Thomas, M. Faucon, G. Digard et R. Fawtier pour Boniface VIII (1294-1303) ; C. Grandjean pour Benoît XI (1303-1304) ; A. Coulon et S. Clémencet pour Jean XXII (1316-1334) ; G. Daumet pour Benoît XII (1334-1342) ; J.-M. Vidal et G. Mollat pour Benoît XII (1334-1342) ; E. Deprez, J. Glénisson et G. Mollat pour Clément VI (1342-1352) ; E. Deprez pour Innocent IV (1352-1362) ; P. Gasnault et M.-H. Laurent pour Innocent VI (1352-1362) ; P. Lecacheux et G.Mollat pour Urbain V (1362-1370) ; L. Mirot, H. Jassemin, J. Vielliard, G. Mollat et E.-R. Labande pour Grégoire XI(1370-1378).
 
Le Guide des recherches sur l'histoire des familles est en ligne sur ce site grâce
aux aimables autorisations de Gildas Bernard et du Ministère de la Culture, accordées à Jean-Luc Monnet.
Page valide XHTML 1.X et CSS.
 
© et pour FranceGenWeb - Mise à jour : 28 janvier 2007