Logo FranceGenWeb
 
Le livre de Gildas Bernard en ligne sur ArchivesGenWeb vendredi 22 septembre 2017
 
 

ARCHIVES CULTUELLES





CULTES PROTESTANTS




Bibliographe sommaire.
 
 
HAAG (Eugène et Emmanuel), La France protestante... , 1ère éd., Paris, 1846-1859, 10 ol. ; 2e éd. sous la direction d'Henri Bordier, Paris, 1877-1888, 5 vol.
 
FAUCHER (Benjamin), Les registres de l'état civil protestant depuis le XVIe siècle jusqu'à nos jours, extrait de la Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 1923, t. LXXXIV, Paris, 1923, 42 p.
 
KRAKOVITCH (Odile), Les réformés à la fin du XVIe siècle. Relevés de documents dans les fonds d'archives, Paris, Société de l'Histoire du protestantisme, 1972, 140 p.
 
SABLOU (Jean), Les archives des églises protestantes de France depuis la Révolution française, dans la Gazette des Archives, n° 39, 1962, p. 163-174.
 
CHARON-BORDAS (Jeannine), L'histoire religieuse contemporaine aux Archives nationales, dans Revue de l'histoire de l'Eglise de France, n° 61, 1975, p. 61-66.
 
BURCKARD (François), Aperçu sur les sources et la bibliographie de l'immigration des protestants français en Allemagne (XVIIe-XVIIIe s.), dans Bulletin de la Société d'archéologie et de statistique de la Drôme, octobre 1957.
 
 
Organisation de l'Eglise réformée de France.
 
 
En dehors de l'ancienne discipline de 1559, date à laquelle remonte la structure générale de l'Eglise réformée française, celle-ci repose sur différents textes : édit de Nantes (1598), révocation de l'édit de Nantes (1685), édit de tolérance (1787), instruction ministérielle du 28 prairial an VIII (17 juin 1800), qui rétablit les cultes, loi sur l'organisation des cultes, dite concordat (18 germinal an X), 8 avril 1802) créant des consistoires à raison d'un pour 6000 âmes, décret du 26 mars 1852 créant en outre par paroisses les conseils presbytéraux, loi sur la séparation des églises et de l'Etat (9 décembre 1905), création en 1938 du conseil national des églises réformées de France, qui fonctionne sous l'autorité du synode national.
 
 
Bibliothèque de la Société de l'histoire du protestantisme.
 
 
Le chercheur aura intérêt à prendre contact avec la Société de l'histoire du protestantisme français, dont le siège et la bibliothèque sont 54, rue des Saints-Pères (Paris 75007). Il y trouvera un fichier généalogique, en voie de constitution, des protestants existant en France au moment de l'édit de tolérance, en 1787. Les protestants français sont alors estimés (non compris l'Alsace) à 100000 familles ; 20000 d'entre elles étaient répertoriées en 1981).
 
La Société de l'histoire du protestantisme français envisageait de faire reproduire en 1981, sur microfilm le fichier des protestants français d'Allemagne et de Hollande d'après le fichier de la bibliothèque wallonne d'Amsterdam, dont une copie sur microfiches existe déjà à La Haye (environ 1 400 000 fiches). En attendant ce microfilmage, écrire au Bureau central de généalogie, Nassaulaan, 18, La Haye, Pays Bas. Les recherches s'effectuent contre paiement.
 
Le chercheur peut également être aidé par le Bulletin édité par la Société et par ses six volumes de tables portant sur les volumes de 1852 à 1965 et par les Cahiers de généalogie, que la Société publie depuis 1977 (multigraphiés).
 
Signalons également que la bibliothèque de cette société possède de nombreux manuscrits et notamment des actes pastoraux protestants (registres paroissiaux) en originaux ou en copie (les originaux de certaines villes comme Sedan ont disparu) et qu'elle possède même quelques cahiers de catholicité, qui ont été signalés aux archivistes départementaux.
 
 
Actes pastoraux et état civil.
 
 
Pour les actes pastoraux antérieurs à 1793, voir chapitre "Regitres paroissiaux et état civil". Pour l'état civil voir chapitre"Regitres paroissiaux et état civil".
 
Depuis 1793, les protestants tiennent des registres de baptêmes, mariages et sépultures qui sont conservés dans les paroisses.
 
 
Documents conservés dans les Archives départementales.
 
 
La série I des Archives départementales, lorsqu'elle existe, est en général réservée aux documents concernant les protestants. Mais ont trouvera aussi des documents sur ceux-ci dans les séries C (fonds des intendances et subdélégations), E (familles), G (clergé régulier : registres confisqués), pour la période antérieure à la Révolution, et dans la série V (cultes) pour la période concordataire. Rappelons que les départements de la Moselle, du Bas Rhin et du Haut Rhin sont, encore aujourd'hui, sous le régime de la loi du 8 avril 1802 sur l'organisation des cultes, dite concordat.
 
 
Documents conservés dans les Archives communales.
 
 
Outre les actes pastoraux (registres paroissiaux) le chercheur pourra y trouver divers documents, notamment des recensements. A titre d'exemple citons pour Strasbourg un état nominatif des étrangers calvinistes, catholiques et luthériens établis à Wasselonne (1638) conservé aux Archives communales de Strasbourg sous la cote VI. 172.9 ; mais il y en a bien d'autres, que le lecteur trouvera énumérés dans l'ouvrage de M. Le Mée déjà cité.
 
 
Documents antérieurs à 1789 conservés aux Archives nationales.
 
 
La série TT (Affaires et biens des protestants) renferme, notamment, des documents provenant de la Régie des biens des religionnaires (1686-1789) et des archives des consistoires (XVIe-XVIIIe s.). Avec sa très importante collection de registres de baptêmes, mariages et sépulture des communautés protestantes antérieures à 1685, saisis avec les papiers des consistoires lors de la révocation de l'édit de Nantes, elle apparaît particulièrement essentielle. Elle comprend également des pièces ou registres d'actes pastoraux produits par certaines communautés à l'appui de leurs réclamations.
 
M. Robert-Henri Bautier a fait le point sur les registres de baptêmes, mariages et sépultures protestants conservés dans TT, dans un article intitulé Etat des registres de baptêmes, mariages et sépultures de communautés protestantes (avant 1685) conservés dans la série TT des Archives nationales, paru dans Archivum, 1959, p. 98-100 : certains registres avaient été saisis avec les archives des consistoires lors de la révocation de l'édit de Nantes. D'autres avaient été produits à l'appui de leurs réclamations par certaines communautés. Ils concernent les départements suivants (pour détail voir l'article cité ci-dessus) :
 
 
Alpes (Hautes), Ardèche, Ariège, Aveyron, Charente, Charente Maritime, Cher, Dordogne, Drôme, Gard, Garonne (Haute), Gironde, Hérault, Loir et Cher, Loiret, Lot, Lote et Garonne, Manche, Orne, Sèvres (Deux), Somme, Tarn, Tarn et Garonne, Vienne.
 
Le nombre des lieux de culte étant limité, se rappeler que les registres concernent davantage une région qu'une localité ; il en est ainsi à Aubigny (région de Gien), à Bédarieux, à Chizé, etc.
 
 
Inventaires pour TT 1 à 83 et TT 230 à 445B, avec un fichier commun de noms de religionnaires pour TT 1 à 83, 277 à 375 (en cours) et 376 à 445B. Ce fichier des religionnaires comprend aussi celui des archives des consistoires (TT 230 à 276B, noms géographiques).
 
On trouvera dans TT 1 à 83 et TT 277 à 429 les papiers de la régie des biens des religionnaires à partir de la révocation de l'édit de Nantes, et dans TT 230 à 276B les archives consistoires avec, pour ces groupes de documents, un fichier (9 boîtes, 17 rangées de fiches, 1686-1751). Les placets et requêtes (XVIIe-XVIIIe s.) sont classés par ordre alphabétique dans TT2 84 à 229 (avec un fichier de 2 boîtes). Dans TT 430 à 464 on trouvera des mélanges.
 
Les travaux de classement en série U ont amené récemment la découverte d'un certain nombre de registres paroissiaux catholiques et protestants 1. Les registres de catholicité ont été renvoyés dans les départements d'origine ; mais les registres protestants sont restés en série U, sous les cotes U 1338 et 1339. Il s'agit de registres portant sur les années 1788 et 1789 déposés au greffe du Parlement de Paris en vertu de l'édit de tolérance. Ils concernent :
 

-U 1338. Amiens, Angoulême, Beausseré (Oise commune de Courcelles lès Gisors), Boulogne sur Mer, Château Thierry, Fontenay le Comte, Janville, Lyon, Menars (marquisat de), Meulan, Montfort l'Amaury, Neuville aux Loges, Orléans.

 

-U 1339. La Rochelle, Saint Maixent, Saint Quentin, Tours.

 
Pour Paris, de 1736 à 1792, les inhumations de protestants sont à chercher dans le fonds des commissaires au Châtelet (série Y des Archives nationales). On les trouve dans l'ordre chronologique, mais mêlés avec les autres actes. Si on ne connaît pas la date du décès, mais si on connaît le lieu, il faut identifier le commissaire du quartier, puis chercher l'acte dans le fonds de son étude.
 
Les protestants parisiens figurent également comme les autres personnes dans appositions de scellés du châtelet. Signalons la liasse Y 14843 consacrée aux inhumations de protestants étrangers, notamment anglais, de 1725 à 1737.
 
Voir également O1 (consulter l'inventaire index coté inv. 263 portant sur O1 1 à 128) pour les autorisations de transactions de biens des protestants au XVIIIe siècle, ainsi que la série E (Arrêts du Conseil) où l'on trouvera les transactions relatives aux biens des protestants.
 
Voir aussi V1 542 contenant notamment des anoblissements.
 
Voir également les registres de chiourne conservés aux Archives nationales dans Marine D5 et ceux conservés au port de Toulon.
 
Pensions : G8 220-248 : dossiers de pensions des ministres protestants convertis 2 et autres pensionnés du clergé (ordre alphabétique des pensionnés), XVIIe-XVIIIe siècles ; G8 255-261 : brevets de pensions et quittances d'arrérages des ministres protestants convertis et autres pensionnés du clergé (1601-1756).
 
Le lecteur trouvera enfin aux Archives nationales sous forme de microfilms :
 

-Archives de la communauté protestante française de Stettin (documents concernant l'installation de la communauté, son administration, son état civil, etc., 1709-1943) : 179 Mi 1 à 10.

 

-Archives de l'église protestante française de Londres (registres de la communauté huguenote française pour 1681-1768) : 296 Mi* 1 et 2.

 

-Microfilms retrouvés en Allemagne de documents dérobés par les Allemands à la Bibliothèque d'histoire du protestantisme français entre 1940 et 1944 (originaux non retrouvés) : 368 Mi 4, 5, 12.

 

-4. Registre du consistoire de l'église réformée de Monoblet (Gard) pour les années 1632-1654.

-5. Copie ancienne d'un registre de galériens protestants du XVIIIe siècle.

-12. Registre des actes paroissiaux de l'église de Ganges (Hérault) pour 1670-1671.

 
 
Documents de la période concordataire conservés aux Archives nationales.
 
 
Comme les prêtres catholiques et les rabbins, les pasteurs protestants sont fonctionnaires de 1802 à 1905. Ils le sont toujours en Moselle, Bas Rhin et Haut Rhin. On trouvera leurs dossiers dans la sous-série F19 (Cultes).
 

-Etat nominatif des pasteurs protestants de France avec indication de leur traitement (1816-1819) : F4* 584.

 

-Dossiers personnels de pasteurs réformés : F19 10182, 10347 à 10428 et 10435 à 10449 (classement alphabétique, an X 1905).

 

-Luthériens : dossiers personnels de pasteurs : F19 10731 à 10758 (classement alphabétique, an XII-1891). -- Dossiers personnels de pasteurs en Algérie : F19 10906 à 10908 (ordre alphabétique).

 

-Mémoires sur les mariages protestants, dans AA 18.

 
 
Documents conservés à la Bibliothèque de l'Arsenal.
 
 
Le chercheur pourra y consulter divers registres de baptêmes (B) et mariages (M) protestants :
 

-Ms. 6552 : Die (Drôme) : 1581-1586 (M).

-Ms. 6553 : Mareuil et Bessay (Vendée) : 1617-1659 (B).

-Ms. 6558 : Coutras (Gironde) : 1581-1620 (BM).

-Ms. 6561 : Mussidan et Longa (Dordogne) : 1575-1665 (BM et abjurations de catholiques appelés protestations).

-Ms. 6563 : Pont de Camarès (Aveyron) : 1574-1578 (BM).

 
 
Documents conservés aux Archives des Affaires étrangères.
 
 
Mémoires et Documents. France, vol. 1640 : "Etat par paroisses des habitants qui se sont bien ou mal comportés". Concerne le Languedoc pour la période 1700-1715.
 
 
Documents conservés dans les paroisses.
 
 
Le chercheur pourra y trouver, outre les actes pastoraux (registres paroissiaux) des XIXe et XXe siècles, des listes de protestants électeurs, voire des recensements effectués par les pasteurs, etc. Ces documents ont parfois été déposés aux Archives départementales pour la période ancienne allant parfois jusqu'au début du XXe siècle : ainsi à Caen et à Marseille, pour ne citer que deux exemples (avec répertoire multigraphiés).


 

 
 
 
 

1. Voir Etienne Taillemite et Jean-Paul Laurent, Registres paroissiaux et registres d'état civil découverts aux Archives nationales, dans Revue historique, n° 518, avril-juin 1976, p. 516-520. En ce qui concerne les registres paroissiaux catholiques, avant leur renvoi aux Archives des départements intéressés, ils ont été microfilmés par les Archives nationales, sous la cote 406 Mi 1 à 4. Pour le détail, voir l'Etat général des fonds, tome IV, p. 381.
2. Voir J. Pannier, Pasteurs et autres protestants convertis et pensionnés par le clergé de 1606 à 1617, extrait du Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, mai-juin 1907, 35 p.
 
Le Guide des recherches sur l'histoire des familles est en ligne sur ce site grâce
aux aimables autorisations de Gildas Bernard et du Ministère de la Culture, accordées à Jean-Luc Monnet.
Page valide XHTML 1.X et CSS.
 
© et pour FranceGenWeb - Mise à jour : 28 janvier 2007