Les archives des Bouches-du-Rhône

De WikiGenWeb
Révision de 9 janvier 2012 à 20:14 par Purdey (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Archives des Bouches-du-Rhône

Téléverser un fichier


Directeur
Adresse
Téléphone
Horaire d'ouverture
Site des AD Archives départementales
Archives numérisées Archives numérisées

Présentation

Inventaire

Archives en ligne

Archives en ligne
Aux AD
  • Registres paroissiaux et État-civil (+ TD)
  • Listes nominatives de recensements
  • Répertoires d'écrous
  • Registres matricules de recrutement militaire
  • Tables des décès, succession et absences
  • Tables et répertoires des hypothèques
  • Cadastre
  • Documents iconographiques
MAJ : Septembre 2015

Historique



Archives départementales

Centre de Marseille

(Archives et Bibliothèque départementales Gaston Defferre)

18-20 rue Mirès
13003 Marseille
  • téléphone : 04 13 31 82 08
  • télécopie : 04 91 08 61 11
  • mél : archives13@cg13.fr
Horaires d’ouverture de la salle de lecture 
le lundi de 14h à 18h, du mardi au vendredi de 9h à 18h,
le samedi (de septembre à juin, sauf veilles de fêtes) de 9h à 13h.

La salle de lecture est fermée la semaine du 15 août, ainsi qu’entre Noël et le jour de l’an.

Centre d'Aix-en-Provence

25 allée de Philadelphie (quartier Sextius Mirabeau)
13100 Aix-en-Provence
  • téléphone : 04 13 31 57 00
  • télécopie : 04 42 21 42 65
  • mél : archives13.aix@cg13.fr
Horaires d’ouverture de la salle de lecture 
le lundi et du mercredi au vendredi de 9h à 18h,
le mardi après-midi : de 14h à 20h, de septembre à juin ; de 14h à 18h, en juillet-août.

La salle de lecture est fermée la semaine du 15 août, ainsi qu’entre Noël et le jour de l’an.

Archives Nationales Outre Mer

ANOM

ARCHIVES EN LIGNE

Registres paroissiaux et état civil

http://doris.archives13.fr/dorisuec/jsp/login.jsp

Présentation du fonds:

Les actes d’état civil numérisés accessibles en ligne sont normalement issus des registres versés par les greffes des tribunaux civils du département (ou collection du greffe). Ces registres présentent parfois des lacunes qui pourront être comblées par la consultation papier de l’autre série de registres, conservés dans les archives des communes (ou collection communale.).S’agissant de Marseille, l’état civil numérisé et accessible en ligne jusqu’en 1904 est complet : les fichiers numériques reproduisent en effet des microfilms réalisés dans les années 1980 en combinant, grâce à l’obligeance des Archives municipales, collection du greffe et collection communale.

Les registres paroissiaux et d’état-civil de toutes les paroisses et communes du département des Bouches-du-rhône ont été numérisés.

Les actes les plus anciens datent de 1501 (registre de sépulture des Dominicains d’Aix-en-Provence), les plus récents de 1904 (communes d’Aubagne, Cassis, La Ciotat, La Penne-sur-Huveaune, Marseille et Roquefort-la-Bédoule). La consultation des actes de moins de 75 ans devra pour le moment s’effectuer auprès des administrations de l’état civil de la commune concernée. La numérisation a porté au total sur plus de 8000 registres, soit plus de 1 600 000 vues, chaque image reproduisant une double page de registre.

Présentation du contenu de la base

La base numérisée des registres paroissiaux et d’état civil permet de consulter quatre types de documents : les actes de baptême, mariage, sépulture, naissance, décès et divorce,les tables annuelles et pluriannuelles,les tables décennales,les transcriptions.

N’ont pas été numérisés 

les registres constitués de publications de mariage,les collections constituées de pièces annexes aux mariages.

Base de données documentaire Clara Loris

http://doris.archives13.fr/claraint/jsp/login.jsp

L’accès en ligne à la base de données offre au lecteur la possibilité d’interroger à distance un catalogue riche de plus de 800 000 fiches, afin de préparer sa venue en salle de lecture, ou simplement de découvrir la richesse des fonds conservés aux Archives départementales. En effet, Clara dresse l’inventaire sommaire de tous les documents d’archives ; Loris est le catalogue informatisé de la bibliothèque des Archives départementales.

A noter 
vous pouvez accéder dans la base Clara Loris à la description documentaire de témoignages de la communauté arménienne de Marseille et des Bouches-du-Rhône

Les Bouches-du-Rhône abritent une importante population d’origine arménienne : estimée à plusieurs dizaines de milliers de personnes, elle vit principalement à Marseille et dans les grandes villes du département. Surtout composée aujourd’hui de représentants de la 3e génération, quelle mémoire a-t-elle conservée du pays d’origine, de la culture, de la langue, des pratiques religieuses ou alimentaires ? Comment a-t-elle vécu son intégration dans la société française ? Existe-t-il en somme une mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône ? Ces questions qui renvoient au débat si actuel sur l’essor des communautés et sur la réaffirmation de l’identité nationale, les Archives départementales se les sont posées et tentent d’y répondre en collectant des témoignages de personnes reconnaissant ou revendiquant leur arménité.

Confiée à l’association Paroles vives, le projet, qui a obtenu le label de la manifestation nationale Arménie, mon amie, doit aboutir à la mise en ligne de quelque 100 heures d’archives montées et indexées. Dès à présent, le catalogue analytique des 39 premières heures d’enregistrement est consultable sur notre site via la base de données Clara (cote 12 AV 1-22) et sur celui de la médiathèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.

Le cadastre

http://doris.archives13.fr/dorisuca/jsp/login.jsp
Le cadastre existe en France depuis une loi impériale de 1807.
Sa fonction initiale – qui reste fondamentale – consiste à doter l’administration des contributions directes d’un outil fiable et rationnel pour répartir l’impôt entre les contribuables dans un système fiscal qui repose alors essentiellement sur la propriété foncière et immobilière. Sur le plan documentaire, le cadastre dit " napoléonien " (par opposition au cadastre rénové, constitué à partir de 1930), juxtapose :

  • une documentation figurée (ou graphique) : les plans cadastraux, où l’on distingue les tableaux d’assemblage et les feuilles parcellaires, les uns et les autres déjà numérisés ;
  • une documentation dite " littérale " qui articule deux types de registres : les états de section : considérés comme la légende des plans, ils présentent par ordre croissant et pour chacune des " sections " entre lesquelles le territoire communal a été divisé, la liste des parcelles qui la composent ainsi que divers renseignements liés à celles-ci : nom et adresse des propriétaires, nature des propriétés (terre cultivée, pré, bois, maison d’habitation, bâtiment d’exploitation, fabrique, etc.).
  • Les matrices cadastrales  : ces registres indiquent pour chaque contribuable la liste des propriétés, bâties ou non bâties, au titre desquelles il est imposable. Pour faciliter l’exploitation des matrices et la consultation – qui en dérive – des états de section, nonobstant les mutations de propriété, les matrices sont complétées par des répertoires alphabétiques des propriétaires (et/ou contribuables), qui se trouvent indifféremment en-tête ou à la fin des registres, voire dans des registres à part.

Recensements

Listes nominatives des recensements de population des communes des Bouches-du-Rhône

Les listes nominatives des dénombrements de population numérisées sont celles réunies par la Préfecture et versées aux Archives départementales. Elles couvrent la période 1836-1968 et concernent toutes les communes des Bouches-du-Rhône. La numérisation a porté au total sur plus de 470 registres, soit près de 311 000 images en mode « mono page » (1 page de registre = 1 fichier numérique).La série organique des listes nominatives conservées aux Archives départementales présente malheureusement des lacunes et ne couvre qu’exceptionnellement les 21 recensements opérés entre 1836 et 1968. La consultation en parallèle des fonds d’archives communales reste donc une nécessité.Les cahiers ou registres physiques des dénombrements de population se subdivisent en deux sous-ensembles :

  • d’une part les tableaux de recensements, qui sont les listes nominatives à proprement parler ;
  • d’autre part les tableaux récapitulatifs , qui présentent des informations générales sur l’opération de recensement (rappel de certains articles de la loi, indication du ressort géographique ou administratif recensé, et présentation de données statistiques calculées sur la base des listes nominatives).

Répertoires d'écrous

Répertoires d'écrous des établissements pénitentiaires

Les documents issus de l’administration pénitentiaire des Bouches-du-Rhône concernant les établissements pénitentiaires implantés dans les communes d’Aix-en-Provence, Marseille et Tarascon depuis le début du XIXe siècle sont rassemblés dans la sous série 2 Y et dans les versements contemporains 1348 W et 1871 W. Sont concernés les maisons d’arrêt, maisons de dépôt, maisons de justice, maisons de correction, maisons pénitentiaires, maisons pour femmes, maison de sureté, pour les deux sexes.
Pour tenir compte de l’accroissement de la population carcérale consignée dans les registres et permettre de retrouver des informations concernant un individu, des états ou répertoires ont été rapidement créés par l’administration. Variables selon les établissements, ils peuvent contenir les informations suivantes : nom et prénoms du détenu, numéro de la décision de justice, date d’entrée, date de sortie, durée de la peine, etc. Ils permettent également d’accéder à la fiche individuelle du détenu contenue dans les registres d’écrou en relevant le numéro d’écrou (ou matricule) noté dans les répertoires alphabétiques généraux.

Ce sont ces tables ou ces outils de recherche qui ont fait l’objet d’une campagne de numérisation.

Base IREL

http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/caomec2/